Gouvernement du Québec. Retour à la page d'accueil.

Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Moshe Safdie

Officier (2017)

Moshe Safdie est un architecte d’une influence exceptionnelle, à telle enseigne que l’American Institute of Architects lui a décerné, en 2015, sa convoitée médaille d’or. Il bénéficie d’une renommée planétaire, avec ses réalisations variées, très primées à l’international, présentes sur cinq continents et fortement en diapason avec les caractéristiques primaires (sociales, culturelles, physiques…) du milieu d’implantation. Il a dessiné des habitations, des écoles, des bibliothèques, des musées, des galeries marchandes, des complexes hôteliers, des installations aéroportuaires et, même, des plans de ville.

En 1938, M. Safdie voit le jour en Palestine mandataire, à Haïfa. À l’aube de ses 10 ans, il assiste à la naissance officielle de l’État d’Israël. En 1953, encore adolescent, il suit ses parents qui viennent s’installer à Montréal. En 1961, il reçoit un diplôme en architecture de l’Université McGill. Puis, à Philadelphie, il entre en apprentissage auprès du réputé architecte Louis I. Kahn.

En 1964, il revient à Montréal et crée sa propre agence d’architecture afin de pouvoir réaliser, pour l’Expo 67, le grand ensemble Habitat 67, œuvre phare de l’exposition universelle. Ce complexe d’habitation, dérivé de son mémoire universitaire (étude architecturale), en viendra vite à s’inscrire durablement comme un symbole de l’urbanité du xxe siècle.

En 1978, M. Safdie est nommé concurremment professeur ainsi que directeur du programme d’urbanisme à la Graduate School of Design de Harvard, ce qui l’amène aussitôt à déménager dans la région de Boston et à y établir le bureau principal de sa firme. Au fil des ans, cette dernière finit par comporter des bureaux secondaires permanents à Toronto, à Jérusalem, à Shanghai et à Singapour.

Au Canada, on lui doit notamment : le Library Square (1995) de Vancouver, la seconde (nouvelle) aérogare de l’aéroport international Toronto Pearson (2007), le Musée des beaux-arts du Canada (1988), le pavillon Jean-Noël Desmarais du Musée des beaux-arts de Montréal (1991) et le Musée de la civilisation de Québec (1987).

À l’étranger, on lui doit, entre autres : aux États-Unis, le siège de la United States Institute of Peace (2011); en Israël, l’aéroport international Ben Gurion (2004) et le Musée d’histoire de la Shoah de Yad Vashem (2005); et à Singapour, le complexe hôtelier Marina Bay Sands (2011).

En 2017, M. Safdie est toujours incroyablement actif au sein de sa firme.

Recherche dans le site

Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Règlement sur la diffusion de l'information

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017