Gouvernement du Québec. Retour ŕ la page d'accueil.

Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Alain Stanké

Chevalier (2003)

Alain Stanké a marqué le monde des médias par ses articles et par ses reportages. Auteur prolifique et éditeur chevronné, parallèlement au monde des lettres, il a animé et produit plusieurs émissions d’information et de variétés, dont les premières Insolences d’une caméra (1961).

Alain Stanké est né à Kaunas, en Lituanie, en 1934. Après avoir connu très jeune les camps de concentration en Allemagne, il fait un séjour en France pour parfaire ses études et arrive au Québec, en 1951, où il travaillera dans le domaine des communications. Ses reportages sont rapidement publiés. Correspondant canadien du quotidien France-Soir et du Figaro Magazine, il signe notamment la première entrevue accordée par le président Nixon après l’affaire du Watergate. Il est l’auteur de 27 ouvrages, essais, biographies et reportages, parmi lesquels Des barbelés dans ma mémoire, Contes à régler avec le temps et Portrait intime de Pierre-Elliott Trudeau.

À titre de producteur, il a réalisé reportages, interviews et documentaires sur une pléiade de personnalités, tant dans le domaine des arts, du spectacle et de la politique que de la littérature. Alain Stanké est aussi sculpteur, et ses productions ont fait l’objet de plusieurs expositions à l’étranger.

Alain Stanké vient de célébrer ses 42 années de carrière comme éditeur, carrière au cours de laquelle il a assuré la publication de plus de 2 000 titres. Doué d’un dynamisme exceptionnel et d’une curiosité insatiable, il a su insuffler un nouvel esprit au domaine du livre. Il a dirigé Les Éditions de l’Homme (1961-1971), fondé Les Éditions La Presse (1971), Les Éditions internationales Alain Stanké (1975), ainsi que Les Éditions Libre Expression (1976). Il est l’éditeur de la première encyclopédie du Canada et de La mémoire du Québec.

Alain Stanké est très engagé socialement. Il a présidé le premier forum international Francophonie et travail de rue (2001), ainsi que plusieurs campagnes de financement (L’Accueil Bonneau, Développement et paix, Bibliothèque Jeanne-Cypihot pour les aveugles, Fondation québécoise pour l’alphabétisation et LOVE, un organisme luttant pour l’éradication de la violence chez les jeunes). Il préside, depuis 1996, le bureau des gouverneurs de la Fondation Travail sans frontières, pour laquelle il a créé Télévision sans frontières, la première télévision produite exclusivement par des jeunes de la rue.

Il a été président d’honneur du 20e Gala Gutenberg pour l’excellence dans les communications graphiques (2002); président des Concours littéraires et artistiques des prisons fédérales du Québec (1990-1992); ambassadeur de la Rencontre des arts (depuis 1997); président de la Société des éditeurs de publications internationales d’Amérique (1976-1977); président du Comité culturel de la Fondation du maire de Montréal pour la jeunesse (2000-2001); membre du Jury de l’excellence en journalisme Judith-Jasmin (1984); membre du comité consultatif pour la révision du serment de citoyenneté; membre du comité consultatif de Historica et membre du Comité d’études sur la politique culturelle fédérale (1980-1982).

Alain Stanké a reçu le Wilderness Award pour Cent ans déjà !, jugé le meilleur document de la télévision canadienne de l’année 1967. L’Accord et le gouvernement du Québec lui ont remis un parchemin honorifique « pour sa contribution exceptionnelle au rayonnement du Québec dans les domaines de l’édition et du journalisme » (1971). À titre de chef de file pour le district de Québec-Ontario-New York, son travail a été couronné par le prix Communication et leadership, de Toastmasters International (1983). Il est membre de l’Ordre du Canada depuis 1998.

Vidéo

Recherche dans le site

Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Règlement sur la diffusion de l'information

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2014