Gouvernement du Québec. Retour à la page d'accueil.

Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Jacques Parizeau (1930 – 2015)

Grand officier (2008)

Homme de vision et économiste doué, Jacques Parizeau fut haut fonctionnaire et premier ministre du Québec. Il donna aux Québécois et aux Québécoises la maîtrise de leur économie. Bien au-delà de l’année 2010, il demeura un penseur éminent et un acteur engagé du monde économique québécois.

M. Parizeau naquit à Montréal, en 1930. Il fréquenta le collège Stanislas, l'École des hautes études commerciales (HEC) de Montréal, l'Institut d'études politiques de Paris, la Faculté de droit de Paris et la London School of Economics, université où il obtint un doctorat en économie.

Durant la décennie 1960, il fut l’un des conseillers les plus influents du gouvernement du Québec, jouant un rôle moteur dans plusieurs initiatives : la fondation de la Société générale de financement (SGF), en 1962, la seconde phase de l’étatisation de l'électricité, à partir de 1963, ainsi que la mise sur pied de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), en 1965. Il fut également membre, au cours de cette décennie, des conseils d'administration de la CDPQ, de la SGF, de la Régie de l'assurance-dépôts du Québec et de la Société d'exploitation minière.

Entre 1955 et 1976, M. Parizeau enseigna aux HEC, où il dirigea, de 1973 à 1975, l'Institut d'économie appliquée. Il retourna aux HEC après 1984, année où il démissionna du cabinet de René Lévesque.

Initialement en faveur du fédéralisme canadien, Jacques Parizeau passa souverainiste et joignit le Parti québécois, en 1969. Il se fit élire député, en 1976, et devint ministre des Finances, charge dont il s’acquitta de main de maître, jusque tard en 1984. C’est lui qui aura véritablement édifié la politique économique du gouvernement de René Lévesque et présidé à l'émergence d'un capitalisme franco-québécois qu'il appuya en instaurant, notamment, le Régime d'épargne-actions et en permettant la création du Fonds de solidarité FTQ. Mis à la tête du Parti québécois, en mars 1988, il fut chef de l'opposition officielle, du 28 novembre 1989 au 24 juillet 1994. Réélu en 1994, il fut premier ministre du Québec, du 26 septembre 1994 au 29 janvier 1996.

Vidéo

Recherche dans le site

Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Règlement sur la diffusion de l'information

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2016