Gouvernement du Québec. Retour à la page d'accueil.

Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Michel Brault (1928 – 2013)

Officier (2003)

Avec plus de 200 productions cinématographiques à son actif, Michel Brault est l'une des grandes figures du cinéma québécois. Tour à tour caméraman, directeur de la photographie, réalisateur et producteur, il a été tout autant pionnier dans le domaine du documentaire, en participant à l'émergence du cinéma direct, qu'artiste associé à la création de plusieurs chefs-d'œuvre québécois. Au-delà de sa contribution professionnelle, ses qualités humaines, son souci d'encourager la relève et son engagement indéfectible envers la société québécoise sont remarquables.

Né à Montréal, en 1928, Michel Brault s'est découvert une passion pour l'image dès l'adolescence. Après un stage de trois mois à l'Office national du film (ONF), à l'été 1950, il gagne sa vie comme photographe professionnel pendant quelques années. En 1956, il entre à l'ONF où il tourne Les raquetteurs (1958) dont la projection à Santa Barbara, en Californie, lui permettra de rencontrer l'ethnologue et réalisateur Jean Rouch, qui l'invitera à travailler avec lui, en 1960, à la réalisation du film Chronique d'un été . Il participe ainsi à la naissance du cinéma-vérité, qui marquera d'une manière indélébile le documentaire québécois.

À son retour d'Europe, il réalise, en collaboration avec Pierre Perrault, Pour la suite du monde (1963) et L'Acadie, l'Acadie… (1971), œuvres magistrales sur le plan cinématographique et sociologique.

Comme directeur de la photographie, il a à son crédit Mon oncle Antoine (1971) et Kamouraska (1973), de Claude Jutra; plusieurs films d'Anne Claire Poirier, dont Mourir à tue-tête (1979) et Salut Victor (1988); Le temps d'une chasse (1972) et Les bons débarras (1980), de Francis Mankiewicz, et tant d'autres.

Michel Brault a également réalisé Les enfants du silence (1962), La fleur de l'âge (1964), Entre la mer et l'eau douce (1967), Éloge du chiac (1969), Les ordres (1974). De 1974 à 1980, il produit et coréalise, avec André Gladu, Le son des Français d'Amérique (1974-1980), une série de 27 films sur les musiques traditionnelles des Francophones d'Amérique du Nord. Suivront L'emprise (1987), Les noces de papier (1989), Montréal vu par (1991), Shabbat Shalom (1992), Mon amie Max (1992) et Quand je serai parti… vous vivrez encore (1999).

Plusieurs films de Michel Brault ont été couronnés par des prix et des reconnaissances nationales et internationales. Les ordres a remporté : le Prix de la meilleure réalisation, au Palmarès du film canadien; le Prix de la meilleure mise en scène et le Prix de l'Office catholique international du cinéma, au Festival de Cannes, ainsi que quatre prix Génie en 1975. L'emprise a remporté la Gerbe d'or de la meilleure réalisation, au Yorkton Short Film and Video Festival, en 1988. Les noces de papier a reçu le prix Québec-Alberta et le Gémeaux de la meilleure réalisation, en 1990. Le cinéaste a en outre reçu, pour l'ensemble de son œuvre, le prix Victor-Morin, de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, en 1975; le prix Molson, du Conseil des arts du Canada, en 1980; le prix Québec-Alberta et le prix Albert-Tessier, en 1986, ainsi que le Prix du gouverneur général, en 1996.

Vidéo

Recherche dans le site

Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Règlement sur la diffusion de l'information

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2018