Gouvernement du Québec. Retour à la page d'accueil.

Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Marc Favreau (1929 – 2005)

Chevalier (1995)

Né à Montréal le 9 novembre 1929, au début du grand krach (il jure toutefois n'y être pour rien).

1947 : Après quelques épuisantes années d'études considérées comme étant parfaitement secondaires - il tâte du dessin commercial, puis touche au décor de théâtre, et se retrouve en 1950, piqué par le virus de la scène.

Il entre alors à l'école du Théâtre du Nouveau-Monde, pour deux ans d'apprentissage avec Jean Gascon, Jean Dalmain, Jean-Louis Roux, Georges Groulx et Guy Hoffman, remportant en 1952 le premier Prix de comédie.

Il débute comme comédien professionnel dans le rôle de Pierrot du Dom Juan de Molière, au T.N.M. en 1954. Cette année voit également ses débuts à la télévision dans 14, rue de Galais et Le Survenant où il tient le rôle de Beau blanc.

De 1955 à 1957, à Paris, il se perfectionne avec Jean Valcour.

Puis dès 1958, à la télévision, le personnage de Sol voit le jour : Bim et Sol entrent à la Boîte à surprise.

Concurremment, il participe à plusieurs feuilletons : CF-RCK, Les Enquêtes Jobidon, Les Croquignoles D’Iberville, le Courrier du Roy, Symphorien, Les Forges de Saint-Maurice, et certaines dramatiques dont : La Cagnotte de Labiche, Ne te promène donc pas toute nue de Feydeau, L'homme, la bête et la vertu de Pirandello.

Mais c'est surtout à la scène qu'il se plaît : Les Plaideurs de Racine, au Théâtre-Club en 1959; Le Jeu de l’Amour et du Hasard de Marivaux, à la NCT en 1966; Love de Murray Shisgall, au Théâtre de Quat'sous en 1967; Faut jeter la vieille de Dario Fo, au TNM en 1969; Les Archanges de Dario Fo, au TNM en 1970; Comedia dell’Arte de Marc Favreau, à la NCT en 1971; Auguste, Auguste, Auguste de Pavel Kohout, à la NCT, 1973; Pauvre assassin de Pavel Kohout, Compagnie Duceppe, 1980; Mort accidentelle d'un anarchiste de Dario Fo, Cie Duceppe, 1986; Ubu-Roi d'Alfred Jarry, à la NCT, 1992.

1989 : Le Conseil de la langue française lui décerne la médaille de l'Ordre des francophones d’Amérique.

C'est finalement grâce à son personnage de Sol que Marc Favreau sera présent à la télévision de 1958 à 1972, comme comédien et auteur. Surtout avec Sol et Gobelet, série hebdomadaire d'un tandem de clowns jamais sevrés d'absurde, et au terme de laquelle Sol atteint l'âge auguste de 14 ans !

Depuis 1973, il soliloque, par le biais de son enfant Sol, qu'il projette sur toutes les scènes du Québec et de l'Europe francophone «afin de satisfaire les folles de tous les logis... » comme il le dit lui-même.

Et au morose dubitatif qui cherche à quoi peut bien rimer toute cette futilité, il ne sait que répondre : «Si tous les poètes voulaient se donner la main, ils toucheraient enfin des doigts d'auteur!»

Mise à jour

Marc Favreau a été nommé chevalier de l’Ordre de la Pléiade par l’Assemblée des parlementaires de la Francophonie en 1997 et officier de l’Ordre du Canada en 2003. Il a reçu le Mérite du français dans la culture décerné par l’Union des artistes en 1997; le prix Hommage Rideau, du Réseau indépendant des diffuseurs d’événements artistiques unis, pour l’ensemble de son œuvre en 1998; le prix du Québec Georges-Émile-Lapalme en 1999; le Prix de la Francophonie, de la Société des auteurs dramatiques de Paris en 2000; et le Mérite d’honneur du français en éducation, du Conseil pédagogique interdisciplinaire du Québec en 2002.

Monsieur Favreau est décédé le 17 décembre 2005.

(Mis à jour en septembre 2006)

Vidéo

Recherche dans le site

Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Règlement sur la diffusion de l'information

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017