Gouvernement du Québec. Retour à la page d'accueil.

Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Ludmilla Chiriaeff (1924 – 1996)

Grande officière (1985)

Née à Riga, capitale de la Lettonie en URSS, Ludmilla Chiriaeff prend ses premiers cours de danse à l'âge de six ans.

Elle s'installe au Québec en 1952 et forme sa propre compagnie - «Les Ballets Chiriaeff», dont la carrière commence grâce aux trois cents émissions de télévision qu'elle réalise avec la Société Radio-Canada.

En 1958, les «Ballets Chiriaeff» deviennent les «Grands Ballets Canadiens». L'école de formation professionnelle qu'elle fonde la même année devient, par son élitisme, «l’Académie des Grands Ballets Canadiens» dont elle assure la direction.

Au cours de la saison 1966-1967, à la demande même du ministère des Affaires culturelles du Québec, Madame Chiriaeff crée «l’École supérieure de danse». Prolongement naturel de «l’Académie des Grands Ballets Canadiens», cette école a pour but de former des professeurs, des chorégraphes et des danseurs professionnels.

Avec les deux écoles et par le recrutement des meilleurs danseurs à travers le Québec, la relève est assurée puisque tout Québécois qui le désire et qui répond aux exigences peut obtenir gratuitement sa formation.

L'intérêt de Madame Chiriaeff pour la danse ne se limite pas uniquement à l'enseignement. De 1971 à 1976, elle est présidente générale de la Fédération des Loisirs-Danse du Québec. De plus, elle fut, à plusieurs reprises, membre du jury au concours international de ballet de Varna en Bulgarie (1972-1976). Elle a donné également de nombreuses conférences sur la danse, tant à Montréal qu'à l'étranger.

Madame Chiriaeff a reçu d'importantes distinctions et mérites depuis 1957. En 1980, elle recevait le Prix «Denise Pelletier» pour les arts d'interprétation décerné par le gouvernement du Québec. Elle est aussi compagnon de l'Ordre du Canada depuis 1984.

En 1981, deux projets marquaient la réalisation d'un rêve de vingt-cinq ans: le 12 mai par la création de la «Maison de la danse», pierre angulaire d'un concept d'intégration de la formation, de la création et de la production. En octobre, c'est le lancement de la «Fondation Ludmilla Chiriaeff» qui remettra des bourses d'études dans le domaine de la danse. Véritable pionnière de la danse chez nous, Madame Chiriaeff a su, grâce à ses efforts inlassables échelonnés sur plus de trente ans et à travers la chorégraphie de plus de trois cents oeuvres, assurer l'avenir de la danse au Québec.

Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Règlement sur la diffusion de l'information

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017