Gouvernement du Québec. Retour à la page d'accueil.

Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Robert Choquette (1905 – 1991)

Grand officier (1989)

Né à Manchester, Nouvelle-Angleterre, le 22 avril 1905, le romancier et poète Robert Choquette vient au Canada en 1913. Il fait ses études au collège Notre-Dame de la Côte-des-Neiges, au collège de Saint-Laurent et au collège Loyola où sera publié son premier recueil, À travers les vents (1925). Remarqué, cet ouvrage fut suivi d’un autre recueil, non moins expressif, Metropolitan Museum (1931) et de Poésies nouvelles (1933).

La poésie de Robert Choquette est jeune et vigoureuse; elle se double, surtout dans Suite marine (1953), d'un souffle épique rarement atteint dans la poésie canadienne-française. La génération des années trente fut étonnée par la limpidité de cette poésie jaillissant de son âme jeune. Son ardeur et sa prodigalité d'images fraîches et séduisantes ont fait dire qu'il a renouvelé l'imagination poétique.

Passant de l'écriture poétique au roman, il publia La Pension Leblanc (1927), Le curé de village (1936) - dont il écrira plus tard le scénario et les dialogues pour le cinéma - Les Velder (l941), préfacé par André Maurois, et d'autres ouvrages dont une comédie. En 1942, il devient auteur résident au Smith College du Massachusetts.

Après avoir occupé le poste de rédacteur en chef de La Revue moderne de 1928 à 1929 et celui de secrétaire et bibliothécaire à l'École des beaux-arts de Montréal de 1929 à 1931, il se tourne vers la radio, puis la télévision. Écrivant l'adaptation radiophonique ou télévisuelle de ses romans, il sut charmer ses auditeurs et connut un remarquable succès auprès du grand public.

L'oeuvre littéraire de Robert Choquette fut régulièrement honorée par les jurys, recueillant trois fois le prix de poésie de la province de Québec (1926, 1932, 1956), le Prix du gouverneur général (1930), le prix Capdeville de l'Académie française (1954), le prix Duvernay (1954), le prix Edgar-Poe (1956) et le Prix international des amitiés françaises (1962).

Ex-président de l'Académie canadienne-française et aussi de la Société des écrivains canadiens, il fut également admis, au cours de sa carrière, au sein de l'Académie Ronsard de Paris, du P.E.N. Club et de la Société des poètes français, de l'Académie de Bordeaux et celle des poètes de la Mer, à Rouen. Il est membre à vie de l'Association des auteurs canadiens.

Monsieur Choquette fut, en 1963, nommé commissaire associé de la Commission du Centenaire, puis consul général du Canada à Bordeaux l'année suivante. En 1968, il était nommé ambassadeur du Canada en Argentine, Uruguay et Paraguay. De 1971 à 1972, il fut conseiller spécial du gouvernement canadien pour Information-Canada.

Proclamé «Prince des poètes du Canada français» en 1962, monsieur Choquette se vit décerner, en 1972, un doctorat honorifique de l'Université de Sherbrooke; en 1986, l'Université Concordia lui rendait pareil hommage. Il est Compagnon de l'Ordre du Canada depuis 1968.

Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Règlement sur la diffusion de l'information

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2018