Gouvernement du Québec. Retour à la page d'accueil.

Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Azilda Marchand (1918 – 2010)

Chevalière (1985)

Résidente de l'Ange-Gardien, comté Rouville, où elle habite toujours, madame Marchand a oeuvré dans l'enseignement au primaire, au secondaire et chez les adultes.

Pionnière dans l'engagement social féminin au Québec, son action s'est d'abord traduite dans le diocèse de Saint-Hyacinthe, comme fondatrice de la Jeunesse agricole catholique féminine, en 1937. Elle sera par la suite, présidente de l'Union catholique des femmes rurales et co-fondatrice, en 1966, de l'Association féminine de l'éducation et de l'action sociale (AFEAS). Elle en assumera la présidence générale de 1970 à 1975.

À ce titre, elle sillonnera le Québec pour animer des sessions qui inviteront les femmes à s'engager publiquement. En 1974, elle sera l'initiatrice de la recherche «La femme collaboratrice dans une entreprise familiale». En 1967, elle représente l'AFEAS au Congrès de l'union mondiale des organismes féminins catholiques à Rome et, en 1975, à Mexico, pour l'Année internationale de la femme. De 1974 à 1980, elle représentera l'AFEAS comme membre de la délégation canadienne de l'UNESCO.

Membre du Conseil du statut de la femme de 1975 à 1980, elle a participé aux travaux de la Politique d'ensemble «Pour les Québécoises: Égalité et Indépendance».

Elle siège comme membre du Conseil supérieur de l'éducation de 1972 à 1985, comme présidente de la Commission de l'enseignement collégial et comme membre de la Commission de l'enseignement supérieur.

Conférencière, auteure d'articles de revues et de «La petite histoire de l'Ange-Gardien», madame Marchand a consacré toute sa vie à la cause de l'éducation, particulièrement à celle des femmes.

Membre récipiendaire de plusieurs décorations, madame Marchand a reçu le «Prix des Personnes» en 1984 des mains du Gouverneur général du Canada, pour ses efforts en vue d'améliorer le statut de la femme au Canada. En 1985, elle devient membre de l'Ordre du Canada.

Enseignante au début de sa carrière puis animatrice dans les mouvements sociaux, madame Marchand se définit maintenant comme féministe, «je considère cependant que mon activité a toujours été la même».

Mise à jour

Depuis sa nomination, Azilda Marchand a reçu, en 1987, un doctorat honorifique en travail social de l’Université de Sherbrooke.

(Mis à jour en septembre 2006)

Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Règlement sur la diffusion de l'information

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2018