Gouvernement du Québec. Retour à la page d'accueil.

Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


André Melançon (1942 – 2016)

Officier (2013)

André Melançon était un cinéaste qui demeura proche des jeunes tout au long de sa carrière. Passionné par les rapports entre les humains, qu’ils soient adultes ou enfants, il mettait le doigt, avec bienveillance et parfois avec humour, sur bien des sujets sérieux, par exemple la violence, la compétitivité, l’indignité, la perversité sexuelle et l’importance de dire les choses. Il cumulait plus de quarante ans de métier, tantôt comme réalisateur, tantôt comme scénariste, marquant continument le septième art québécois.

M. Melançon naquit à Rouyn en 1942. Il obtint une licence en psychoéducation de l’Université de Montréal (1967).

Très tôt, son intérêt pour les jeunes l'orienta vers la réalisation de courtes fictions leur étant destinées. En 1974 uniquement, il en sortit trois d’affilée : Les tacots, « Les Oreilles » mène l'enquête et Le violon de Gaston. Le succès obtenu avec Comme les six doigts de la main (1978) confirma son talent dans une catégorie dont il allait dorénavant être le maître incontesté : le registre jeunesse.

En 1984, lorsque le producteur Rock Demers a lancé la série Contes pour tous, c’est à M. Melançon que revint l'honneur de l'inaugurer, avec ce qui allait se révéler un classique immuable : La guerre des tuques, film-culte qui a été distribué dans 125 pays. Il tourna trois autres films de la série, dont Bach et Bottine (1986) et Daniel et les Superdogs (2004).

Son intérêt pour les jeunes ne se limitait pas à la fiction, mais débordait sur le documentaire, notamment avec des perles cinématographiques : Les vrais perdants (1978), qui met en cause l'attitude des parents poussant leurs enfants vers la compétition; L'espace d'un été (1980), qui scrute un groupe de garçons d'un quartier populaire; Printemps fragiles (2005), qui apporte un regard sensible sur les enfants en difficulté; Les trains de la vie (2013), qui explore les souvenirs d’enfance d’un Québécois d’origine néerlandaise ayant connu l’Occupation.

Vidéo

Recherche dans le site

Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Règlement sur la diffusion de l'information

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2018