Gouvernement du Québec. Retour à la page d'accueil.

Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Marcel Barbeau (1925 – 2016)

Officier (2015)

Peintre et sculpteur abstrait avant tout, Marcel Barbeau aborda presque tous les domaines des arts visuels contemporains, du dessin à la performance. Artiste éclectique et fécond, il tenta de modifier le langage plastique dans la transgression des frontières disciplinaires. Au fil des ans, ses collages se transformèrent en peintures, en estampes et en sculptures. Ses dessins cursifs prirent le relief de la peinture ou de la sculpture, empruntèrent les gestes de la danse et puisèrent leur luminescence à la photographie ou à la vidéo.

M. Barbeau naquit à Montréal, en 1925. Il étudia le dessin d’ameublement à l’École du meuble de Montréal, où il fit la rencontre – déterminante – de Paul-Émile Borduas, professeur de dessin. Fasciné par l’enseignement de ce dernier, il en vint à fréquenter son atelier personnel, avec les jeunes intellectuels qui allèrent former le groupe des automatistes. Il fut ainsi amené à exposer avec eux, pendant la période 1946-1955, et à signer le manifeste Refus global, en 1948.

Sans céder aux mirages du succès ni au poids de l’adversité, l’artiste ne cessa jamais de remettre en question ses acquis, dans l’esprit même de la pensée automatiste. En quête constante de formes et de modes d’expression neufs, il fit rapidement évoluer son art, l’enrichissant des visions que lui insufflaient la science et les nouvelles technologies.

M. Barbeau participa en pionnier aux grands mouvements esthétiques de son époque, tout en demeurant fidèle à lui-même. Son œuvre entier allait traduire, dans ses mutations mêmes, la volonté d’enracinement dans le présent et la projection dans l’avenir, si caractéristiques de la pensée de son temps. Expressionniste abstrait et peintre d’action, il poursuivit ses peintures jusqu’à l’achèvement formel, par superposition de gestes ou par recadrage. Minimaliste dans sa recherche d’épuration, il rejeta pourtant les contraintes théoriques et formelles. Ses créations cinétiques évoquaient le mouvement, jusqu’à l’hallucination incantatoire.

Vidéo

Recherche dans le site

Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Règlement sur la diffusion de l'information

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2018