Gouvernement du Québec. Retour à la page d'accueil.

Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Bernard Voyer

Chevalier (1997)

Né à Rimouski le 7 mars 1953, Bernard Voyer a connu les Alpes, les Rocheuses, les montagnes d’Afrique et même le désert du Sahara. Mais c’est le froid, la glace, le monde polaire qui l’attirent. Il a traversé quatre fois la Terre de Baffin. En 1992, une première mondiale : il fit la traversée de l’Île Ellesmere. En 1993, il fut le premier canadien à se rendre au pôle Nord magnétique. En 1994, il se rendit au pôle Nord géographique par la Sibérie. En 1995, il fut le premier canadien à traverser le Groënland. Pour Bernard Voyer, l'atteinte du pôle Sud marqua une étape majeure dans sa carrière d'explorateur. Vingt ans d’efforts qui lui permettent de découvrir les régions les plus inaccessibles de notre planète et de repousser plusieurs limites technologiques et scientifiques. Un grand défi l'attend dès l'automne 1997 : faire l'ascension de la plus haute montagne du monde, le mont Everest.

De grandes sociétés québécoises, telles Uniforêt et Biochem Pharma, soutiennent financièrement les expéditions de Bernard Voyer. Quant aux petites et moyennes entreprises du Québec, elles profitent des conditions extrêmes rencontrées par Bernard Voyer lors de ses expéditions pour développer des expertises sur le plan technologique, telle l'utilisation des matériaux composites. L'industrie québécoise du vêtement et de la chaussure bénéficie également d'un terrain d'expérimentation extraordinaire pour concevoir et tester des formes et des matériaux nouveaux en vue de mettre sur le marché des vêtements mieux adaptés à nos rigoureuses conditions climatiques. L’une des préoccupations majeures de Bernard Voyer est d’intégrer des recherches scientifiques à ses expéditions. Ainsi, l'Université Laval et le Centre d'innovation technologique agro-alimentaire (Cintech AA) ont mené des recherches sur la nutrition et sur le métabolisme basal.

Grâce à la technologie satellitaire, Bernard Voyer a démontré qu’il est désormais possible de communiquer par téléphone satellite portatif au-delà du 84e degré de latitude sud, c'est-à-dire 170 kilomètres plus loin que les plus optimistes prévisions des experts du monde entier. L'utilisation du téléphone a rendu possible la communication entre M. Voyer et les médias québécois, canadiens et européens, contribuant ainsi au rayonnement du Québec sur la scène nationale et internationale. À l'aide d’expérimentations sur l’énergie solaire, on a réussi à alimenter en électricité le téléphone satellite et une caméra vidéo. Le film produit à partir des images recueillies par les explorateurs a été présenté au Canada, dans plusieurs pays d’Europe et a été primé au festival de Toulon.

Soucieux de partager ses expériences avec le plus grand nombre de gens, Bernard Voyer a réussi à faire voyager plus de 45 000 personnes à travers le monde en transmettant quotidiennement de l’information sur l'expédition par le biais de son site Internet, qui a été sélectionné parmi les 500 meilleurs sites francophones au monde.

Posant un regard humain sur une extraordinaire aventure de détermination, les conférences de Bernard Voyer ont marqué l'imaginaire de plus de 25 000 personnes à travers le Canada et les États-Unis. Vulgarisateur scientifique et conteur de talent, il demeure pour les 20 000 étudiants qui ont assisté à ses conférences à caractère éducatif, un poète amoureux de l'hiver.

Mise à jour

Depuis sa nomination, Bernard Voyer poursuit sa quête des grands défis. Après avoir atteint le pôle Nord et le pôle Sud, il a gravi les plus hauts sommets de tous les continents, dont l’Everest en 1999. Conférencier bilingue recherché, il a prononcé des centaines de conférences, en Amérique du Nord, en Europe, en Asie. Il est coprésident de l’Ordre de Montréal depuis 2016. Son engagement et son respect envers la nature l’ont conduit à être membre du conseil d’administration de Conservation de la nature du Canada, vice-président de la Fondation canadienne pour le dialogue des cultures et, l’engagement auprès des jeunes étant pour lui une priorité, il a aussi fait partie du conseil de Défi Jeunesse Canada. Il est l’auteur du livre Aniu, du flocon de neige à l'iceberg, également publié en anglais aux Éditions Névé.

Bernard Voyer a été nommé officier de l'Ordre du Canada en 2001 et il a été décoré de la Médaille du service méritoire par le gouverneur général en 2016. Il a reçu trois doctorats honorifiques, dont un par l’Université du Québec à Rimouski en 2005 et un autre par l’Université Concordia en 2017, ainsi que la médaille d’or de la Société géographique royale du Canada. Il a été reconnu par la gouverneure générale du Canada, en 2002, comme l’un des 50 plus grands Canadiens des 50 dernières années. Plusieurs autres prix internationaux lui ont été décernés pour sa carrière d’explorateur et d’alpiniste. Il a été nommé, en avril 2007, chevalier de l’ordre national de la Légion d'honneur par la République française.

Bernard Voyer a été élu au Conseil de l'Ordre national du Québec en 2003 et élu président en 2005.

(Mis à jour en octobre 2018)

Vidéo

Recherche dans le site

Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Règlement sur la diffusion de l'information

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2018