Gouvernement du Québec. Retour à la page d'accueil.

Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Dollard Ménard (1913 – 1997)

Grand officier (1993)

Né à Notre-Dame-du-Lac en 1913, diplômé de l'Université Laval en 1932, admis la même année au Collège militaire Royal de Kingston, il reçoit en 1936 son brevet d'officier et rejoint le Royal 22e Régiment.

De 1938 à 40, il est prêté à l'Armée Indienne et participe à la dernière campagne contre les tribus rebelles, au Waziristan, province frontière du Nord-Ouest. Rappelé au Canada, il fait un stage avec la Marine Royale à Hong Kong, et en 1941, est diplômé de l'École d'état-major à Kingston, il regagne l'Angleterre où il sera major de la 8e Brigade. Promu lieutenant-colonel en 1942, à l'époque le plus jeune dans l'Empire, et nommé commandant des Fusiliers Mont-Royal qu'il commandait lors du raid sur Dieppe. Blessé cinq fois, évacué par ses soldats, mis à bord d'un "bâtiment porteur de chars", il regagne l'Angleterre, puis revient au Canada sur un navire hôpital. À son retour à Montréal, le Premier ministre du Canada d'alors, M. Mackenzie King, vient le féliciter pour la conduite exemplaire de son bataillon au cours d'une fête populaire au Parc Lafontaine. Une affiche du Général Ménard avec la mention Ce qu'il faut pour vaincre et Men of Valour pavoise le pays tout entier.

En 1943, il commande le Régiment de Hull et la 13e Brigade lors de la capture et l'occupation d'une forteresse japonaise, sur l'Ile de Kiska. Diplômé de l'École d'état-major, de l'École supérieure de guerre de France en 1947, prêté aux Affaires extérieures, nommé attaché militaire auprès de l'Ambassade du Canada, à Paris, jusqu'en 1951, il est alors prêté à l'O.N.U. et nommé au Cachemire, chef d'état-major des observateurs chargés de l'application d'un "cessez-le-feu", suite à la guerre Indo-Pakistanaise.

Diplômé du Collège de la Défense nationale en 1956, il commande la 3e Brigade et de 1958 à 1962, il est nommé commandant du Secteur Est du Québec. Il décrète en 1958, que la langue française sera dorénavant la langue de commandement pour toutes les unités francophones sous sa direction. En 1962, au bureau des chefs d'état-major de l'Armée, il pilote des projets divers et étudie spécialement les effets d'une attaque thermonucléaire sur les villes cibles du Canada et les possibilités de survie des résidents.

Décoré de l'Ordre du Service distingué d'Angleterre, officier de la Légion d'honneur, titulaire de la Croix de Guerre, avec deux palmes de France, il a aussi reçu la Médaille de Bronze de l'O.N.U., Au Service de la Paix, médaille N.W.F.P. (1937-39), the India General Service Medal and Clasp, l'Étoile de Guerre 1939-45 et plusieurs autres décorations militaires. Il est Citoyen d'honneur de la Ville de Dieppe.

Vidéo

Recherche dans le site

Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Règlement sur la diffusion de l'information

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2018