Gouvernement du Québec. Retour à la page d'accueil.

Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Roland Parenteau (1921 – 2015)

Officier (1994)

Roland Parenteau prit une part active à la création de l'État québécois moderne. Professeur-chercheur dynamique pendant plus de cinquante ans, il contribua au développement des sciences administratives appliquées au secteur public, et par l’écrit et par la parole.

M. Parenteau naquit à Montréal, en 1921. Après avoir obtenu, en 1945, une licence en sciences commerciales de l'École des hautes études commerciales de Montréal, il étudia les sciences économiques à la Faculté de droit de Paris et à l'Institut d'études politiques de Paris.

En 1945, il amorça sa carrière, comme professeur d’économique, à l'École des hautes études commerciales. À partir de 1951, il enseigna, en plus, à l'Université de Montréal.

En 1961, à la demande même du premier ministre Jean Lesage, il intégra à plein temps le Conseil d'orientation économique du Québec. Il fut appelé à le diriger de 1964 à 1968, année où il mit sur pied l'Office de planification du Québec, en remplacement de cet organe.

En 1969, il fut chargé par le gouvernement québécois de créer l’École nationale d’administration publique (ENAP) aux fins d’offrir une formation universitaire en gestion et management publics. Après quelques années passées comme directeur, il revint à l’enseignement, à l’ENAP même et à l’École des hautes études commerciales.

Très tôt, M. Parenteau se sera investi dans l’éducation populaire, ayant la préoccupation constante de vulgariser les connaissances. Il aura participé à de nombreux colloques ainsi qu'à des dizaines d'émissions de radio et de télévision. Il aura aussi collaboré à bien des journaux et revues, dont Commerce, L’Actualité économique et L’Action nationale.

En outre, tout au long de sa carrière, l’économiste vint prêter main-forte, tant à Ottawa qu'à Québec, aux travaux d’une multitude d’organismes consultatifs, de conseils et de commissions, par exemple la Commission royale d'enquête sur les problèmes constitutionnels (1955-1956) et la Commission de l'enseignement supérieur du Conseil supérieur de l'éducation (1981-1987).

Vidéo

Recherche dans le site

Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Règlement sur la diffusion de l'information

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2018