Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Guy Boulizon (1906 – 2003)

Chevalier (1990)

Né en 1906 à Nevers en France, Guy Boulizon terminait ses études à la Sorbonne (licence en philosophie) en 1923, pour poursuivre ses études à l'Institut catholique de Paris (licence en philosophie scolastique) en 1928 et à l'École militaire de Saint-Cyr où il obtint le grade de lieutenant.

En 1932, il est professeur à Stanislas de Paris, puis participe à la fondation du Collège Stanislas, à Outremont, en 1938. En 1950, il fonde, rue Université, à Montréal, la Librairie Flammarion et poursuit son enseignement au Collège Stanislas de Montréal de 1938 à 1950. A partir de 1952, il est professeur au baccalauréat ès-arts de l'Université de Montréal, année où il est appelé par l'administration de la Maison Beauchemin, à Montréal, à devenir directeur de ses éditions, puis administrateur. Tout en prodiguant des cours au Collège Marguerite-Bourgeois (littérature), au Séminaire de Montréal (histoire de l'art), à Marie de France (histoire du Québec) et des cours d'été à l'Université Laval (littérature), puis en 1968, à l'École du meuble, Institut des arts appliqués du Cégep du Vieux-Montréal. Enfin de 1973 à 1979, il dispense des cours d'histoire de l'art québécois au Département de l'histoire de l'art à l'Université de Montréal.

Membre de nombreux jurys dont le Prix David en 1950, le Prix de l'Humour en 1960 et le Grand prix des arts visuels du Québec, président du Comité du Livre (ministère des Affaires culturelles) en 1975, membre du Conseil supérieur de l'éducation en 1978, il collabore à Radio Collège (Radio-Canada) et à plusieurs dramatiques télévisées de 1948 à 1953. Depuis 1942, Guy Boulizon n'a pas cessé de prononcer des conférences à travers le Québec sur la lecture, le livre, la culture, la peinture québécoise, etc.

En 1950, il préside l'Association des écrivains pour la jeunesse. Il fait aussi partie de nombreuses associations littéraires, dont la Société des écrivains canadiens-français et l'Union des écrivains québécois.

Parmi ses principaux ouvrages, mentionnons: «Les musées du Québec» (deux volumes) - (1975), «Le paysage dans la peinture au Québec» (grand album) - (1984) et «L'artisanat créateur au Québec» (1985) et «Ces peintres qu'on appelle naïfs». De plus, une série de dix émissions à Radio-Canada FM «Le paysage dans la peinture au Québec».

En juin 1989, monsieur Boulizon recevait le Prix Chomedey-de-Maisonneuve (Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal).

Vidéo

Recherche dans le site