Gouvernement du Québec. Retour à la page d'accueil.

Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Léon Dion (1922 – 1997)

Officier (1990)

Né à St-Arsène de Rivière-du-Loup le 9 octobre 1922, Léon Dion fait ses études classiques au Séminaire de Rimouski où il obtient un baccalauréat ès-arts en 1945. Il poursuit ses études de maîtrise en sociologie à l'Université Laval et obtient son diplôme en 1948.

Chargé de cours en théorie sociologique à l'Université Laval de 1948 à 1950, il retourne aux études aux universités de Londres, Paris, Cologne et Zurich de 1950 à 1952. En 1954, il obtient un doctorat en sciences politiques de l'Université Laval. Le sujet de sa thèse: «L'univers totalitaire: l'idéologie politique du National socialisme». Au cours des années cinquante, il fait plusieurs séjours d'études à Harvard et à l'Université de Toronto durant les mois d'été.

Monsieur Dion devient professeur titulaire à l'Université Laval en sciences politiques en 1962. Il a enseigné dans une trentaine d'universités dont: Université de Haïti, Queen's University, University of Toronto, Université du Québec à Montréal, McGill University, University of British Columbia, John Hopkins University, Université de Montréal, Harvard University, British Association for Canadian Studies (Windsor, England) et les universités japonaises de Tokyo, Kwansei Gakudans, Kyoto, Hokkai-Gakudans, Tsukuba, etc. Il participa à des séminaires à Paris, Munich, Cracovie, Athènes, etc.

Auteur prolifique, sa bibliographie comporte plus de 200 titres dont 4 seront publiés en 1990. Il rédige actuellement un ouvrage en quatre tomes sous le titre général: «Québec: 1945 - 2000».

Intellectuel engagé, monsieur Dion est bien connu pour sa présence active dans la société. Il a pris part à de nombreux débats publics. Il fut conseiller spécial à la Commission d'enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme (1963-1970) et à la Commission d'enquête sur l'unité canadienne (1977-1979). Il fut membre de la Commission d'enquête sur les études supérieures dans les sciences humaines au Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (1974-1978). Il fonda la Société canadienne de sciences politiques dont il fut le premier président (1963-1965). Il fut président de la Canadian Political Science Association, Association canadienne de sciences politiques (1974-1975). Il présida la Commission d'étude sur l'avenir de l'Université Laval (1977-1979).

Membre de plusieurs associations universitaires et de sciences politiques, plusieurs distinctions honorifiques lui ont été décernées. Mentionnons: Prix de l'Académie française pour l'ouvrage «Les groupes et le pouvoir politique aux États-Unis» (1965), membre de la Société royale du Canada (1970), doctorat «honoris causa» en droit de l'Université Queen's (1971), membre de l'Académie des sciences morales et politiques (1972), Prix Léon-Gérin du Québec (1977), Prix Arthur-Buies décerné lors du salon du livre à Rimouski (1983), Prix Esdras-Minville Bene merenti de Patria de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (1985) et la médaille «Gloire de l'Escolle» des Anciens de l'Université Laval (1986).

Vidéo

Recherche dans le site

Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Règlement sur la diffusion de l'information

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019