Gouvernement du Québec. Retour à la page d'accueil.

Ordre national du Québec - Honneur au peuple du Québec

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte


Raymond Lévesque

Chevalier (1997)

Né à Montréal le 7 octobre 1928, il écrivit sa première chanson, Vivre, à l'âge de 18 ans puis a remporté le concours radiophonique «Les talents de chez nous» (SRC, 1948) avecMon oncle a peur des souris. Raymond Lévesque écrivit ensuite Il faut croire a chansons qui devint le thème de l'émission Baptiste et Mariane (SRC) qu'animaient Jacques Normand et Monique Leyrac en 1949. Cette même année, Fernand Robidoux, grande vedette de la radio et de la chanson québécoise, enregistra cinq de ses chansons à Londres : Flâner, Le coeur du bon Dieu, Le vieux de mon village, Il ne faut jamais se promener les pieds dans l'eau et La nuit s'en vient. Jacques Labrecque fit de même avec Ma chanson. Garçon de table au cabaret Le faisan doré, Raymond Lévesque a côtoyé Charles Aznavour, Monique Leyrac, Jacques Normand, Paul Berval et le très jeune Jacques Blanchet qu'il encouragea à chanter. Il coanima les émissions Grand-marnan Marie (SRC, 1949-1951) et Paulette et Raymond (avec Paulette de Courval, CKAC, 1950) et commença à chanter en ondes ses propres compositions, notamment à l'émission Raymond Lévesque et ses chansons (CHLP, 1951). A la télévision naissante, il anima avec Colette Bonheur Mes jeunes années (SRC, 1952-1953). Il commença à se produire dans les cabarets, intercalant des monologues comme Jos Laframboise dans son tour de chant. À la scène, il tint le rôle de Moineau dans Zone de Marcel Dubé, ce qui lui valut le prix de la meilleure interprétation dramatique en 1953. Avec son ami Serge Deyglun, il partit ensuite pour Paris où il vivra pendant cinq ans.

 En 1954, alors qu'il survivait tant bien que mal en chantant dans les cabarets parisiens, rencontra fortuitement Eddie Barclay, qui lui fit enregistrer quelques chansons. Raymond Lévesque devint bientôt l'un des auteurs québécois les plus connus en France et au Québec avec des chansons comme Les trottoirs (enregistrée par Eddie Constantine, 1954, Kapp KL-1018), La famille (1954), Une petite canadienne (par Dominique Michel, 1954), À Rosemont sous la pluie (par Guylaine Guy, 1956),MonsieurBalzac (par Bourvil, 1956), Les voyages (par Barbara et Jean Sablon) et surtout Quand les hommes vivront d'amour (enregistré par Eddie Constantine en 1956, Mercury MG-20339). Vite devenue un classique de la chanson francophone, cette dernière chanson sera reprise par plusieurs artistes québécois et français au fil des ans.

 En mai 1959, il participa à l'aventure des BOZOS avec Hervé Brousseau, Clémence Desrochers, Jean-Pierre Ferland, André Gagnon et Claude Léveillée. La petite boîte à chansons devint rapidement le rendez-vous des artistes locaux et des vedettes européennes de passage. En 1961, à la Butte à Mathieu à Val-David, Raymond Lévesque présenta la première des quelque 45 revues satiriques qu'il écrira pendant plus de 20 ans. La SRC souligna ses 25 ans de carrière en décembre 1972 en lui consacrant un spécial télévisé. Raymond Lévesque enregistra un dernier album en 1977, Le p'tit Québec de mon coeur, et mit pratiquement un terme à sa carrière de chanteur. Il reçut le trophée «Témoignage» lors du gala de l'ADISQ en 1980. Il fut le premier récipiendaire du prix CIEL/ Raymond-Lévesque, que la station de radio CIEL-FM institua en 1986 pour souligner l'importance de l'oeuvre d'un auteur-compositeur.

Vidéo

Recherche dans le site

Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Règlement sur la diffusion de l'information

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2018